Les engagements

Le Cahier des Charges : une Certification de Conformité Produit (CCP)

Logo CCPLe Cochon de Bretagne est la première démarche d'éleveurs à avoir obtenu une Certification de Conformité Produit en 2003. La CCP est une garantie pour les consommateurs sur le mode de production de la viande de porc en élevage et en abattoir. C’est une démarche contrôlée par des organismes externes et encadrée par les pouvoirs publics.

Les éleveurs s’engagent à respecter les exigences décrites dans le cahier des charges en matière de traçabilité et d'identification, d'hygiène et de soins aux animaux, d'alimentation et de pratiques environnementales.
Ces pratiques se regroupent sur 4 valeurs essentielles que défendent les éleveurs Cochon de Bretagne :

L'origine / L'élevage / L'aliment / L'environnement

Chaque maillon de la filière, fabricants d'aliments, groupements d’éleveurs, abattoirs et ateliers de découpe doivent également respecter les exigences du cahier des charges.
Des contrôles sont effectués à chaque stade de la filière par un organisme externe et indépendant, Qualité France. Il vérifie le respect des engagements du cahier des charges "Le Cochon de Bretagne" par les différents acteurs.

L'origine

carte-bretagne-a001Les éleveurs s'engagent à un Cochon Né et Élevé en Bretagne.
Les sites d'élevage et l'origine des animaux sont référencés par la "SAS Le Cochon de Bretagne". L'identification des porcelets est précise et passe obligatoirement par un numéro de cheptel attribué en élevage et repérable par un tatouage et/ou une boucle.

L'élevage

lm013157L'élevage, un métier à découvrir.
Elever des porcs exige de multiples compétences et une vision globale de l'agriculture : Maîtriser la reproduction, avoir des connaissances en nutrition, être rigoureux sur l'hygiène, respecter le bien être des animaux, préserver l'environnement.
Comment fonctionne un élevage "Le Cochon de Bretagne"?
La reproduction: La truie peut se reproduire à 7 mois, le mâle appelé "verrat" à partir de 8 mois. La méthode généralement utilisée dans les élevages est l'insémination artificielle. 
La période prénatale: La truie porte ses petits pendant 3 mois, 3 semaines et 3 jours. Dans une année, elle peut avoir entre 2 et 3 portées de porcelets.
La maternité: La première exigence du cahier des charges "Le Cochon de Bretagne" est d'assurer un cochon né et élevé en Bretagne. La portée compte en moyenne 12 porcelets. La température de la maternité est de 23°C. Les porcelets sont sevrés dès qu'ils sont capables de se nourrir seuls. Ils pèsent alors entre 6 et 8 kg et sont placés dans une salle de post-sevrage.
L'élevage: Environ six semaines plus tard, à 25 kg, un déménagement est organisé vers le bâtiment d'engraissement. Ils y resteront environ 4 mois. Le poids moyen atteint sera alors de 110 kg environ. En fonction de son âge, un porc mange 1 à 2,5 kg d'aliments par jour. L'éleveur maîtrise et équilibre l'alimentation de ses animaux.

L'aliment

mainLes éleveurs de Cochon de Bretagne sont les précurseurs d'une alimentation sans farine animale et sans facteur de croissance.
Ils respectent un plan d'alimentation en fonction du stade physiologique de l'animal. Ceci permet de répondre au plus juste aux besoins de l’animal et permet ainsi, de réduire les rejets en azote et en phosphore dans les effluents.
Selon les élevages et les besoins, l'aliment est distribué manuellement ou automatiquement (gestion informatique).
La ration des porcs en engraissement est composée d'un minimum de 75 % de céréales, de pois, de tourteaux, de racines et de tubercules. Il peut être également intégré dans la ration du lactosérum issus des fromageries et des co-produits de boulangerie: pains, biscuits...

L'environnement

P1110001Des éleveurs citoyens: "Objectif zéro nuisance"
Les éleveurs s'engagent à prendre des mesures pour protéger l'environnement.
Pour piéger les nitrates et limiter l'érosion en hiver, les éleveurs sèment un couvert végétal sur 100 % des terres.
Ils détruisent les excédents d'azote et de phosphore en investissant dans des stations de traitement des effluents.
Ils contribuent au respect du voisinage en adoptant l'enfouissement et/ou la désodorisation des lisiers et en investissant dans l'intégration paysagère de leurs élevages.